Lucas, Pirate Lunetier

C’est l’odeur qui vous frappe quand vous rentrez dans l’atelier. Puis le bruit. L’absence de bruit aussi. Le vacarme des machines qui cohabite avec le silence des ouvrières … Et puis c’est Lucas qui descend. L’oeil qui brille et la dégaine cool, pas de doute. Je suis bien chez un lunetier 2.0 .

screen-shot-2017-01-24-at-12-03-22

Lucas n’est pas un artisan ordinaire : d’abord, ce n’est pas un CAP qui l’a amené à devenir lunetier. Lucas a étudié le design industriel pendant 7 ans à l’ENSCI Paris. Passionné par la lunette, chaque opportunité était bonne pour s’y plonger : stages, travaux appliqués … Si bien qu’à peine sorti d’école, il était prêt à se lancer.

Lucas, Pirate-Lunetier

Lucas, est parti à l’abordage des chaînes de production traditionnelles, longues et  très figées : pendant 5 ans, Lucas affrète son salon et en fait un atelier où il peut tout prototyper.  Son mot d’ordre : tout faire avec les moyens du bord.  C’est comme ça que Lucas a hacké les procédés classiques et est devenu pirate-lunetier :

” Ici on ne fabrique pas des lunettes comme des lunetiers. Du coup pour bosser chez nous  il n’y a pas d’école pour se former … tout simplement parce qu’on invente nous même nos procédés. “

Aujourd’hui encore, l’esprit des débuts est resté : chez Undostrial si tu as une idée, tu peux la tester. C’est cette agilité qui fait de Undostrial un lunetier si particulier .

Tu la vois cette machine ?

Des machines, il y en a pas mal autour de moi : des perceuses tentaculaires à pinces et à tournevis, un aspirateur à peinture…

” Tu vois celle là ? C’est une machine à coudre un peu spéciale. On vient de se l’acheter pour coudre cuirs et ornements sur nos lunettes. “

La dernière innovation qui l’a fait kiffer, c’est le trinocle. Une binocle à 3 verres, oui madame.

Comment cet accessoire est-il né dans l’esprit de notre lunetier ?

” C’est un vieux monsieur qui débarque dans le métro. Il a une prestance “d’époque” malgré sa tenue de rando … tu sentais le mec qui allait à Fontainebleau . Un vrai dandy d’époque qui m’a donné l’idée du trinocle. “

Le parfait accessoire pour les seniors sort un an plus tard :  

Je sens bien que Lucas est un artisan à part, je me demande s’il a de bonnes relations avec la compétition.

” La lunette, c’est un milieu super sympa. C’est un juste équilibre entre le monde des ingénieurs un peu trop “sérieux”, et le monde de la mode, où beaucoup de gens se prennent au sérieux. “

Assez parlé métier, je prononce les mots “et la vie privée.”…. notre  lunetier esquisse un sourire amusé :

” Ça fait deux ans que je ne bosse plus le WE et que je me sens plus libre. On va dire que je me suis calmé. Mais mon école était ouverte 24h/24 et 7j/7, je suis longtemps resté en mode étudiant à travailler jour et nuit. “

Si le rythme s’est calmé, c’est parce que l’atelier compte 11 ouvriers qui travaillent cuir, pierres, bois, liège mais aussi croco et serpent. J’entends même un anglais – “je te promets, il écoute la radio en anglais, parle en anglais… et jure en Anglais!”



Le portrait de Lucas vous a inspiré ? Voici quelques informations pratiques pour compléter:

Tour d’horizon des métiers de la lunette
    • les lunetiers font leurs lunettes (ça, c’est Lucas)
    • ils se rendent sur les salons pour présenter les collections aux représentants en Lunettes
    • Comme des commerciaux, les représentants sillonnent les routes de France.
    • Les opticiens commandent les modèles qu’ils aiment, et les vendent aux clients
    • Les fabricants de verre se chargent de la partie “technique”
Formations
  • Si vous choisissez la voie classique, le BTS opticien lunetier se prépare en 2 ans après le Baccalauréat.
  • L’exemple de Lucas montre que le design industriel est également une formation qui ouvre de nombreuses portes 😉
  • Enfin, vous pouvez travailler en atelier de lunetier si vous venez du monde de la bijouterie : Non pas que le métier fasse appel aux savoirs techniques de la bijouterie mais, les bijoutiers sont souvent sur le détail et sont minutieux, ce qui est capital lorsqu’on travaille une monture.  
Oubliez le métier de lunetier si …

Vous ne supportez pas la monotonie. Eh oui ! La lunetterie, c’est un travail de séries :

” Tu déclines un même modèle plusieurs dizaines de fois. Même si les éditions sont limitées, on enchaîne des opérations un peu répétitives toute la journée… “

Maintenant fermez les yeux. Si vous vous imaginez à un bureau en train de dessiner, si vous avez une soudaine envie de prototyper, si vous sentez déjà l’odeur de cuir brûlé, c’est peut-être que vous avez un avenir de lunetier …


BONUS : un reportage de tv5 monde !