[Regards de Bloomr] En route vers l’épanouissement professionnel, ou l’(in)évitable crise

Bloomr est une startup qui aide les individus à devenir acteurs de leur parcours et de leur épanouissement professionnels. Régulièrement, au gré de nos aventures, nous vous proposons notre regard de startup sur le monde des RH et du management, en espérant qu’il nourrira votre réflexion.

La vocation de Bloomr est d’amener le plus grand nombre vers l’épanouissement professionnel.

Ceci étant dit, on ne rend pas un individu heureux malgré lui : pour qu’un individu qui n’est pas épanoui le devienne, il y a deux pré-requis indispensables :

  1. qu’il en prenne conscience
  2. qu’il se décide lui-même à agir pour changer les choses

Une fois décidée, cette démarche de changement doit selon nous conduire l’individu à travailler sur lui-même (bien connaître ses forces et ses talents, identifier ce qui l’anime et lui procure de la joie), mais aussi sur ses interactions avec les autres, car nous sommes à la fois des êtres singuliers et des êtres sociaux (communication, collaboration, etc.).

Par ailleurs, et pour articuler singularité et sociabilité, nous pensons qu’il est crucial de développer ce qui permet à l’individu de sortir de la réflexion pure pour devenir un être agissant : l’audace.

Enfin, nous constatons que mener cette démarche nécessite une capacité de réflexion sur soi et une persévérance qui rendent souvent la présence d’un tiers de confiance indispensable.

Voilà pour notre vision, mais en pratique, comment se fait cette prise de conscience ?

Ce que nous observons dans le panel des milliers de personnes qui ont utilisé Bloomr, c’est que dans l’immense majorité des cas, la prise de conscience se fait à l’occasion d’une crise (sourde ou soudaine) qui sert de déclencheur : je me “réveille”, je me rends compte que je ne suis pas épanoui, et je vais tellement mal que je décide de changer les choses.

En entreprise, lorsque la crise survient (perte de sens, conflit, ennui, déresponsabilisation, évènement extérieur, etc.), trois cas émergent :

  1. le collaborateur/la collaboratrice reste seul.e, et finit par partir, ou par s’effondrer
  2. la situation devient connue du manager et/ou du RH, qui essaient de la gérer (mais elle peut parfois les dépasser)
  3. l’entreprise fait appel à un coach, mais ce n’est pas pour tout le monde : le coût de l’opération fait que c’est en général réservé à une frange limitée de l’effectif

Par souci de responsabilité sociale aussi bien que de performance, toute entreprise soucieuse de l’épanouissement de ses collaborateurs devrait selon nous se poser deux questions fondamentales :

  • Comment faire pour amener mes collaborateurs à être acteurs de leur épanouissement avant qu’une crise ne survienne (et afin qu’elle n’arrive jamais) ?
  • Comment faire pour fournir un accompagnement individuel tout le temps et à tout le monde, car il ne peut y avoir d’un côté ceux dont l’épanouissement est important, et de l’autre…les autres ?

C’est possible, et cela sera l’objet de notre prochain article ! En attendant, vos commentaires sont bienvenus.

Envie d’en savoir plus sur que Bloomr fait pour les entreprises ? Rendez-vous sur bloomr.life